Le système endocannabinoïde, les opioïdes et le CBD

Partager l'article :

Table des matières

Découvrez un croisement unique

 

Opioïdes ? Nous savons tous qu’il existe de nombreux analgésiques prescrits qui entrent dans cette catégorie et qu’ils ont la réputation de provoquer une dépendance et un sevrage.

Lorsque nous parlons de CBD et d’opioïdes, nous faisons référence à nos opioïdes produits en interne (dans notre corps), tels que nos endorphines. Nous pourrons évoquer les composés qui sont si célèbres pour créer une sensation unique de zen attitude que vous ressentez après un bon entraînement. Ils sont connus sous le nom d’opioïdes simplement parce qu’ils interagissent avec nos récepteurs opioïdes internes.

Cet article ne couvrira pas des sujets tels que « comment utiliser l’huile de CBD pour la douleur » et tenter d’utiliser le CBD pour la douleur après la chirurgie. Mais en raison du sujet, la réduction naturelle de la douleur sera discutée, même si ce n’est pas l’objectif principal.

Avant de passer au sujet un petit avertissement, si vous envisagez d’utiliser le CBD pour le contrôle de la douleur de quelque nature que ce soit, vous devez obtenir une recommandation de votre médecin. Les produits en vente libre comme ceux que vous allez trouver dans une boutique qui propose du CBD n’auront pas forcément d’effet flagrant sur la douleur. Allez y doucement et ne faites pas éclaté les bonbons au CBD contre la douleur. Au lieu de cela, informez vous et travaillez avec un professionnel de la santé pour résoudre vos probmématiques de santé.

Le système endocannabinoïde et opioïde

 

La recherche moderne a découvert un lien fort entre le système endocannabinoïde (ECS) et notre réseau d’opioïdes. Ce n’est pas une énorme surprise. L’ECS est connu pour gérer la douleur, anxiété, dépression et bonheur. Et le réseau opioïde est bien connu pour sa capacité à réduire la douleur et à favoriser l’euphorie. De plus, un réseau d’opioïdes qui fonctionne mal peut contribuer à anxiété et la dépression. Donc, ce crossover est en fait assez intuitif.

Principes de base des endocannabinoïdes

 

L’ECS est un système étendu et avancé avec des récepteurs et des composés de signalisation dans presque tous les tissus de votre corps, de la peau et des muscles aux tissus de vos organes et de votre système nerveux. Cela lui donne une portée étendue et de nombreuses possibilités de travail. Cette relation avec le réseau opioïde est simplement un autre moyen pour l’ECS de soutenir l’homéostasie tout en offrant les propriétés stimulantes de l’humeur et analgésiques pour lesquelles il est vanté.

Dans cet article, nous aborderons deux types de récepteurs cannabinoïdes, CB1 et CB2. Nous examinerons également les activités des deux principaux composés de signalisation pour ce réseau, AEA et 2-AG. En ce qui concerne le système opioïde, nous discuterons des bêta endorphines (généralement appelées endorphines) et de deux types de récepteurs opioïdes (mu opioïde et delta opioïde).

CBD et récepteurs opioïdes

 

Le cannabidiol est connu pour interagir avec les récepteurs opioïdes. Cependant, il ne s’agit pas d’une activation ou d’une inhibition standard de ces récepteurs. Plus précisément, le CBD agit comme un modulateur allostérique de ces récepteurs. Maintenant, vous n’avez plus besoin de vous souvenir du nom de cette activité. Même nos écrivains oublient celui-ci de temps en temps. Mais comprendre cette action est assez simple.

Lorsque le composé CBD atteint un récepteur mu-opioïde ou delta-opioïde, il se lie au récepteur. Cela modifie alors la façon dont le récepteur va interagir avec son environnement et les autres émetteurs. Maintenant, cette information est assez récente. Il existe plusieurs types de modulateurs allostériques, et certains de ceux qui ciblent les récepteurs opioïdes ont été suggérés comme options sûres de soulagement de la douleur. Mais pour le moment, nous n’avons pas été en mesure de localiser des recherches décrivant le type de modification que le CBD applique à ces récepteurs opiacés. Lorsque nous en saurons plus, vous serez le premier à en entendre parler.

Récepteurs cannabinoïdes et endorphines

 

Les deux principaux types de récepteurs endocannabinoïdes sont connus sous le nom de CB1 et CB2. Lorsque ces deux récepteurs sont activés, il a été démontré qu’ils libèrent des bêta endorphines. Avec plus d’endorphines circulant dans votre système nerveux, elles peuvent facilement atteindre leurs cibles de récepteurs opioïdes. Une fois qu’ils atterrissent et activent lesdits récepteurs, ils peuvent favoriser un sentiment d’euphorie et soulagement de la douleur.

Libération d’anandamide (AEA) et d’endorphine

 

L’AEA est un transmetteur essentiel pour le système endocannabinoïde. Il est construit à la demande dans le corps, délivré aux récepteurs nécessaires, puis rapidement décomposé en ses parties. Tant qu’il est présent, il peut activer les récepteurs CB1 et CB2, bien qu’il soit nettement moins efficace pour travailler avec les récepteurs CB2.

Comme mentionné ci-dessus, l’activation de ces récepteurs peut créer une poussée de composés d’endorphines opioïdes. Il est donc raisonnable de voir comment cet émetteur peut favoriser les niveaux d’opioïdes et l’activité dans le corps (soulagement de la douleur et plaisir).

Heureusement, ce sujet précis a été recherché. Cette recherche a montré que la protection de l’AEA dans le corps conduit à la libération de bêta-endorphines. Et comment ont-ils protégé AEA ? En inhibant l’enzyme FAAH, responsable de sa dégradation. Ici, nous soulignerons quelque chose d’important que beaucoup de nos lecteurs dévoués connaissent déjà. Le CBD inhibe la FAAH et provoque une augmentation significative des niveaux d’AEA dans le corps.

Arachidonoylglycérol et activité opioïde

 

Nous n’avons pas été en mesure de localiser des recherches montrant une relation directe entre la protection du 2-AG et la libération d’endorphine. Cependant, 2-AG est également capable d’activer à la fois CB1 et CB2. En fait, il est plus efficace pour activer ces deux récepteurs que l’AEA. Et cette activation est très susceptible de conduire à la libération d’endorphine.

Le 2-AG est décomposé par l’enzyme MAGL. Le CBD n’est pas connu pour inhiber MAGL de la même manière qu’il entrave l’enzyme FAAH, qui est liée à l’AEA. Pourtant, des informations circulent qui suggèrent que le CBD peut réduire l’activité globale de MAGLmais pas au même degré.

À mesure que les niveaux d’AEA augmentent, les niveaux de 2-AG augmentent avec eux. C’est juste la nature de ces deux composés pour aider à s’équilibrer. Cela conduit à une plus grande activation des récepteurs CB, qui rince le système nerveux avec des bêta endorphines, et se traduit par une sensation agréable que vous connaissez peut-être lors de longues séances de gym, ainsi que d’autres activités agréables.

Il est intéressant de noter que l’inhibition des deux FAAH et MAGL simultanément peut entraîner une psycho activité similaire au THC. Cependant, l’inhibition d’un seul, comme c’est le cas avec le CBD, ne crée pas un high enivrant.

Pour terminer notre article sur Le système endocannabinoïd

 

Malgré nos discussions sur les opioïdes euphorisants et nos récents articles sur la connexion CBD-Dopamine, le CBD lui-même n’est pas psychoactif. Ainsi, même s’il favorise certainement le bonheur dans le cœur et une vie joyeuse et saine, le CBD ne créera jamais un buzz psychotrope.

Nous soutenons cette déclaration car nous savons que nos produits CBD ont été testés pour garantir 0 % de THC. Nous savons que la joie ne se trouve pas seulement dans les moments de bonheur. On le trouve également dans une concentration calme et des états d’esprit clairs. C’est là que la supplémentation naturelle peut aider.

Le CBD agit en douceur avec votre corps pour apporter facilité et stabilité au système endocannabinoïde. À partir de là, l’ECS peut diffuser la bonté dans l’ensemble de votre système. C’est un processus puissant mais doux.

 

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page